Page 1 sur 1

Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:17
par mauguier
Nombre de places 6

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:20
par mauguier
Le local principal, mur N.

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:21
par mauguier
Une autre petite table, le long de la cloison séparant les deux pièces.

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:23
par mauguier
La partie dortoir : on tient à six sans trop se tasser. Le matelas rongé du premier plan à d servait à calfeutrer l'issue de communication chambre/cuisine...

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:25
par mauguier
Le poêle a été changé, légèrement surdimensionné par rapport au précédent. Le feu prend bien, mais il ne faut pas bourrer le foyer à bloc avant qu'il ne soit bien lancé : un feu ça a besoin d'air pour se développer. Il y a plein de bois mort et sec dans les alentours, ce qui n'empêche pas des ignares de couper du bois vert sur pied. La proximité de la route (fermée en hiver) n'entraîne pas trop de dégradations apparemment. Le même original dépose ici son petit paquet de bois entouré d'une faveur et d'un petit mot convenu... gentil le Monsieur, mais au Pleynon on ne sait plus où mettre les pieds tellement la cabane regorge de bois ! Pelle et balai.

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:34
par mauguier
Côté face. On note que le givre est resté toute la journée collé aux branches, malgré qu'il a été exposé au soleil...

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:38
par mauguier
Côté pile, avec Chamechaude en toile de fond. C'est de ce côté qu'on remarque l'évolution de la structure du chalet. D'abord une vieille grange, le bas en maçonnerie de gros moellons en calcaire, surmonté d'un étage-grenier à foin bâti de grosses poutres assemblées en "blockbau". C'est ce qui correspond aujourd'hui à la partie "dortoir". Le reste a été simplement surajouté et plaqué sur la façade O du vieux bâtiment, en maçonnerie de parpaings, doublant pratiquement le volume de l'ensemble. Mais peut-être l'ancienne grange était-elle aussi grande que le bâtiment actuel : on se serait alors contenté de restaurer et rétablir l'ensemble en en conservant ce qui était encore debout...

Re: Le Pleynon

Posté : 25 janv. 2011 09:47
par mauguier
Le mur S, en illustration de ce qui précède. Si on se fie à la présence de ce qui semble être, sur la g, une ancienne maçonnerie d'angle, on pourrait en conclure que la cabane primitive était effectivement la moitié de ce qu'elle est aujourd'hui.

Re: Le Pleynon

Posté : 06 oct. 2022 19:22
par mauguier
Passage ce 6 octobre. Cabane relativement propre.
Inventaire : 4 chaises + une chaise métallique à 3 pieds +une chaise en bois dont l'assise est défoncée. Poêle (non testé), table, petit stock de bois dans l'angle SE, des étagères en bois dans le dortoir où on trouve deux grands matelas recouverts, toujours la même capacité : 6. Dans le dortoir, l'ouverture du plafond (angle NE) doit être calfeutrée si on ne veut pas chauffer la soupente et la toiture. Pas vu d'outillage.
A l'extérieur, contre le mur N, sorte de grande marmite circulaire destinée à recueillir l'eau de la toiture (souillée par les fumées de la cheminée)...pas goûté !

Re: Le Pleynon

Posté : 18 nov. 2023 10:48
par mauguier
Séjour des 7 et 8 novembre 2023. Peu de changements dans l'inventaire :
deux chaises valides, toujours deux autres sans assise, table, petite balayette et petite pelle en plastique rangées dans l'oculus carré placé dans le mur mitoyen avec le dortoir, un tisonnier, deux scies égoïnes pouvant couper le beurre en été (il faut les réavoyer), poêle OK si ce n'est une fente sur la plaque du dessus (peu de fumée), tubes dont un très oxydé démontés et décrassés, les coudes OK.
On arrive à chauffer (un peu) mais il faut démarrer le feu asse tôt...D'autant que le bois sec est rare, d'où nécessité de sécher le mieux possible les bûches en les disposant préalablement à la surface du poêle. Penser à vider le cendrier !
Duvet efficace indispensable !
Deux lits avec matelas pour 2, + 3 matelas de 90 posés debout contre le mur N, donc 7 places en tout. Pas de couvertures. Le plafond du dortoir est percé par deux grandes ouvertures : j'ai tenté d'en colmater une avec des bouts de planches, l'autre est à faire alors qu'elle permet à l'air glacé d'une soupente sans isolation de se déverser abondamment sur les lits.
Toujours pas d'eau, à part l'espèce de gros bidon qui accumule l'eau polluée du toit.
Il y a eu pas mal d'abattages tout autour et le bois à terre ne manque pas..il fut en rentrer à l'abri de la pluie !